Domaine du Grand Arc

Rencontres vigneronnes
Clos Counta
Domaine Ledogar
Château Beauregard Mirouze
Cave de Montredon
Le Clos du Cers
Château du Vieux Parc
Château Cabriac
Domaine des 2 Clés
Les maîtres Vignerons de Cascastel
Château Fabre Cordon
Domaine du Grand Arc
Château Gléon
Domaine Le Temps des Dames
Domaine d’Aussières
Château Ollieux Romanis
SCV Castelmaure
Pech Saint-Pierre
Calmel & Joseph
Benoît Fillaquier
Frédérique Olivie
Lilian Copovi
Bertrand Bacou & Marie Marchive-Bacou
Yves Roumagnac
Christophe Gualco
Laure de Chevron Villette
Pierre Galinier
Thibaut de Braquilanges
Ludovic Roux
Laurence Rigal
Delphine Tibie
Olivier Verdale
Henri Baronet
Georges Lemarié
Vincent Dubernet
Philippe Estrade
Jean-Luc Brouillat
Cedric Bruel
Malick Mekhatria
Christelle Alias
Baptiste Cabal
Jacques-Emile Ruhlmann
Philippe Courrian
Sophie Guiraudon
Christophe Cambriel
Jean-Pierre Py
Delphine Maymil et Éric Virion
Cyril Fito
Jérôme Estève
Daniel Sendrous
Robert Joyeux et Julien Maurs
Etienne Besancenot
Nanping Gao & Hermino Cabeceiro
Frédéric Bousquet
Anne & Jean Lignères
Frédéric Vrinat
Martine Pagès
Xavier Capman
Louis Fabre
Thierry Tastu

RENCONTRES VIGNERONNES

Domaine du Grand Arc

Nicolas Schenck, vigneron au Domaine du Grand Arc dans une des parties les plus sauvages des Hautes-Corbières, est devenu un vrai militant de son terroir qu’il qualifie d’ « un des meilleurs du monde ». Le bio, la vinification 100% naturelle et le respect de la terre sont pour lui des évidences. C’est grâce à toutes ses convictions qu’il fait des vins hors du commun.  

Comment est né le domaine du Grand Arc ?

Mon père l’a créé quand nous sommes arrivés à Padern, en 1995. J’avais alors 15 ans. La cave, située juste à côté à Cucugnan, n’était à cette époque qu’une vieille grange dont le sol était en terre battue. Bref, nous sommes partis de rien !

 

Où habitiez-vous avant de venir vous installer dans les Corbières ?

Toute la famille vivait en Normandie, où mon père travaillait comme ingénieur chez Renault. Mais les Corbières étaient déjà notre destination préférée pour les vacances. Un jour, mon père en eut assez des plans sociaux successifs de Renault et de la grisaille… Alors toute la famille déménagea ici, d’ailleurs avec d’autres projets que le vin au départ. Mais la passion de la vigne l’emporta vite sur le reste !

 

Étiez-vous déjà féru de viticulture lors de votre installation ?

Pas du tout (rires)… Quand on est gamin, on voit davantage le travail à la vigne comme une punition que comme un patrimoine à préserver ! Dès 18 ans, je suis parti faire tout un tas d’autres métiers : commerce, restauration, marketing, bâtiment… jusqu’à ce que je me rende compte que rien ne me stimulait vraiment. Je tombais vite dans une forme de routine. Alors que le vin, ça c’est une aventure assez passionnante ! On se passionne vite pour ce qu’on créée. Une fois qu’on tombe dedans, on n’a plus envie d’en sortir.

 

Quand avez-vous décidé de revenir sur le domaine et qu’avez-vous modifié ?

Je suis revenu en 2013, à 33 ans. Le domaine tournait déjà bien et jouissait d’une bonne renommée. Mon père travaillait en bio, dans le respect de nos Hautes-Corbières. Je lui ai emboité le pas : j’ai fait labelliser le domaine en bio et amélioré la gestion de la vie des sols en sélectionnant ce qui poussait naturellement. J’ai laissé les graminées, l’avoine et le trèfle parce qu’ils enrichissent la diversité du sol et créent une matière organique en surface qui évite le recours aux engrais. En revanche, j’ai enlevé la luzerne, les ronces et les arbres... On a aussi commencé à travailler sur l’agroforesterie et créé de petits hôtels à insectes. Comme ils se mangent les uns les autres, pas besoin de traiter. Notre but est d’avoir un écosystème équilibré où la plante se sent bien et donne les meilleurs raisins possibles.

 

Comment travaillez-vous en cave ?

On s’amuse pas mal ! On essaie avant tout de rendre hommage au raisin en préservant sa qualité. Le but est de le « cuisiner », c’est-à-dire d’aller chercher la meilleure aromatique possible. On travaille essentiellement en macération plein grain, et selon un processus de vinification 100% naturel : aucun intrant jusqu’à la mise en bouteille. Tout est vendangé à la main, car ce choix de vinification exige que le raisin soit parfait. Une première sélection est faite sur pied, puis une seconde en cave. Du coup, c’est du caviar qui arrive en cuve !

 

Que recherchez-vous dans vos vins ?

Nous nous attachons à mettre en avant le terroir, car il est exceptionnel. Nous vivons dans

une niche des Hautes-Corbières, qui produit des vins très chargés en arômes mais pourvus d’une fraîcheur extraordinaire, avec une finesse de tanins et une élégance très marquées. D’ailleurs, une des raisons qui m’a fait revenir par ici, c’est le terroir. Je buvais du vin sans en faire à l’époque, et me disais déjà qu’on avait un des meilleurs terroirs du monde.

Nous nous attachons à mettre en avant le terroir, car il est exceptionnel. Nous vivons dans une niche des Hautes-Corbières, qui produit des vins très chargés en arômes mais pourvus d’une fraîcheur extraordinaire, avec une finesse de tanins et une élégance très marquées.

Quelle est votre gamme de vins ?

On fait du blanc, du rouge et du rosé, mais du rosé gastronomique. Nous n’avons pas succombé à la mode du « rosé piscine ». Nous faisons un rosé de saignée, à boire sur des barbecues ou des crustacés, comme des gambas à la plancha. Le rosé a vraiment quelque chose à apporter à la gastronomie. Le nôtre peut vieillir. On a eu de belles surprises en ouvrant des bouteilles qui avaient 5 ans ! Notre rosé représente seulement 4 000  bouteilles sur les 60 000 de la production, mais on y tient.

 

Comment se caractérisent vos blancs ?

Notre blanc se distingue par sa minéralité et ses arômes de fleurs blanches typiques d’ici. Il est très agréable à l’apéritif. Rafraîchissant, salivant et sans sulfites, il ne fait pas mal à la tête.

Nous faisons aussi un « blanc orange ». Pour le fabriquer, nous faisons macérer de la Roussanne avec un peu de Grenache blanc, que nous mettons en barrique pour un an d’élevage sur lie afin de gagner en gras. Comme le blanc peut vite s’oxyder, il faut le surveiller constamment. C’est un processus risqué, donc cette façon de faire s’est peu à peu perdue. Cela donne un vin qui se boit presque comme un rouge de Bourgogne ! Il est vraiment surprenant, avec des tanins faciles et des notes de mangue, kiwi, miel et pain d’épices. Lors de la première dégustation, le palais ne comprend pas. A l’aveugle, on sent un vin rouge avec des fruits jaunes. Gastronomiquement parlant, ce vin permet des accords mets et vins remarquables. Il accompagne particulièrement bien les plats hivernaux (raclette, tartiflette, etc.) mais aussi les civets, les daubes, la cuisine japonaise ou tout simplement un steak grillé.

 

Pouvez-vous nous dire un mot sur vos rouges ?

Nous n’effectuons pas de sélection parcellaire car la qualité des raisins est égale. D’une cuvée à l’autre, c’est notre manière de travailler en cave qui change. On peut mettre plus ou moins de barriques neuves, chercher de la longueur en bouche ou pas, plus ou moins de sucrosité…  Constitués de Carignan, Grenache et Mourvèdre ou Syrah, nos rouges sont faciles à boire, chargés en aromatiques mais avec une très belle acidité.

Notre haut de gamme est élevé pendant 3 ans. Au fil des ans, il gagne en ampleur et développe un côté plus suave avec des notes de fruits plus confitures, de cuir et d’animal. Il offre une complexité changeante et presque symphonique en bouche ! On encourage les gens à mettre du Corbières dans la cave pour 5, 10 ou 15 ans car vraiment, nos vins deviennent des choses extraordinaires quand on arrive à les garder. Des velours en bouche !

 

Comment se portent les ventes depuis la Covid ?

Depuis la Covid, on s’en sort bien grâce à notre boutique Internet qui s’est révélée très efficace. Je pense que cela est en grande partie dû au fait que nous avons toujours été au contact de nos clients. Nous vendons à 80% aux particuliers. On les connaît, on leur a expliqué comment on travaillait, donc ils continuent à nous suivre ! On les en remercie et surtout, on essaie de ne pas les décevoir. On aimait aller sur les salons, justement pour entendre leurs réactions en direct, pour voir si on ne s’était pas trompé. Alors en l’absence de salons, en ce moment, on fait en sorte de se surpasser.