Pierre Galinier

Rencontres vigneronnes
Laure de Chevron Villette
Pierre Galinier
Thibaut de Braquilanges
Ludovic Roux
Laurence Rigal
Delphine Tibie
Olivier Verdale
Henri Baronet
Georges Lemarié
Vincent Dubernet
Philippe Estrade
Jean-Luc Brouillat
Cedric Bruel
Malick Mekhatria
Christelle Alias
Baptiste Cabal
Jacques-Emile Ruhlmann
Philippe Courrian
Sophie Guiraudon
Christophe Cambriel
Jean-Pierre Py
Delphine Maymil et Éric Virion
Cyril Fito
Jérôme Estève
Daniel Sendrous
Robert Joyeux et Julien Maurs
Etienne Besancenot
Nanping Gao & Hermino Cabeceiro
Frédéric Bousquet
Anne & Jean Lignères
Frédéric Vrinat
Martine Pagès
Xavier Capman
Louis Fabre
Thierry Tastu

RENCONTRES VIGNERONNES

Pierre Galinier

Interview de Pierre Galinier du Clos Canos

Pierre Galinier, vigneron au Clos Canos, tout près de Luc-sur-Orbieu, est un homme heureux : il a réalisé son rêve d’enfance – vivre au Clos Canos – et y produit l’un des meilleurs rosés de la région. 

Que signifie « Clos Canos » ?

A une époque reculée où le village de Luc n’existait pas encore, certains anciens documents mentionnaient déjà le lieu-dit « Canos », pour désigner des habitations regroupées autour d’un château. Étymologiquement, nous avons deux explications possibles. La première, bien que séduisante, me semble un brin romanesque : un général romain, nommé Canus, aurait séjourné dans le secteur et légué son nom au lieu… Je penche plutôt pour la seconde explication, plus plausible : « canos » viendrait de « canus », qui signifie la canne ou le roseau. Effectivement, nous nous trouvons au bord d’une rivière bordée de roseaux.

 

Que représente ce lieu pour vous ?

Je suis de Luc, et rêve de cet endroit depuis que je suis tout petit. Je me souviens qu’on venait y chiper des cerises et chasser, à une époque où les lotissements n’avaient pas encore été construits. Se rendre au Clos Canos représentait une véritable expédition pour les enfants que nous étions. Un kilomètre à pied du village, sans éclairage public… Cela nous semblait si loin! (rires)

 

Vigneron : un métier qui coule dans vos veines ?

Je voulais être vigneron depuis tout petit. Je représente la cinquième génération de vignerons de la famille, toujours à Luc-sur-Orbieu. Mon père avait déjà des vignes qui touchaient le domaine actuel. Et l’une de mes arrière-grand-mères, originaire de Gasparets, possédait une parcelle ici sur le domaine, qu’elle venait travailler en calèche. On l’appelle encore « la parcelle de l’arrière-grand-mère ».

 

Vous marchez donc dans les pas de vos ancêtres ?

Oui et non… Mon grand-père était pharmacien, et mon arrière-grand-père médecin. Tous deux s’occupaient de la vigne à côté de leur métier principal. C’est mon père qui a commencé à faire de la vigne son métier principal, et je lui ai emboité le pas.

 

Et vos enfants ?

Mes enfants semblent revenir vers le domaine médical… mais je n’ai pas dit mon dernier mot (rires).

Le plus difficile à faire des 3 vins, pour moi, est le rosé.

Depuis quand êtes-vous installé au Clos Canos ?

Nous avons acheté le domaine à une amie de mon père en 1986. Il présentait 5 hectares de vignes, tout clos. Au fil des ans, nous avons pris des parcelles en fermage, puis en avons acheté de nouvelles… L’exploitation de mon père se trouvait juste à côté. Finalement en 1998, alors que mon père se dirigeait vers la retraite, nous avons créé une SCEA pour regrouper les 2 exploitations.

 

Quelles évolutions majeures le domaine a connu depuis 1986 ?

La particularité du Clos Canos est que l’on s’est spécialisé dans la production de vin rosé. Cela constitue un positionnement assez particulier en Corbières, où l’on produit majoritairement du rouge. Mon père avait commencé à faire du rosé en 1976, et obtenu une médaille d’or à Mâcon. Cependant, cela restait assez artisanal. A partir de 2004, j’ai commencé à investir dans la cave et augmenter notre production de vin rosé. Aujourd’hui, le rosé représente environ 65% de notre production totale, et 80% de notre production Corbières. C’est toujours le rosé que l’on met en avant en priorité, dans les concours, etc.

 

Quelle est la gamme du domaine ?

Nous avons 2 rosés.

  • Le premier, Clos Canos, est fabriqué avec une sélection de nos meilleurs jus et destiné au marché CHR et particuliers, surtout en France (un peu en Belgique et en Angleterre).
  • L’autre, Château Canos, est produit en plus grande quantité et destiné à l’export vers l’Allemagne.

Nous produisons aussi 3 rouges.

  • Les éoliennes. Le nom de la cuvée est un pied de nez aux éoliennes qui se trouvent à proximité. En fait, je ne voulais pas de ces éoliennes. Nous avons été 3 vignerons à aller au Tribunal Administratif pour éviter leur implantation. Mais nous avons perdu… Et pour ne pas être mauvais perdant, j’ai baptisé l’un de mes rouges de ce nom ! Il est plutôt facile à boire, et assez jeune.
  • La Cuvée Tradition, avec du Carignan de vignes héritées de la famille.
  • Les Cocobirous (« cailloux qui tournent »), dont les vignes poussent sur une terrasse du quaternaire.

Nous produisons aussi deux blancs, mais en dehors de l’appellation Corbières.

 

Revenons au rosé Clos Canos, star multi-médaillée du domaine… Quelle est la recette du succès ?

Le plus difficile à faire des 3 vins, pour moi, est le rosé. Car les gens veulent le même produit d’une année sur l’autre. Or, on ne fait pas du Coca-Cola ! Chaque année est différente. Mais on arrive à avoir le même style. Pour cela, je m’appuie sur 4 cépages : du grenache gris, noir, blanc, et de la Syrah. La base est le grenache gris, que je considère comme le meilleur cépage pour faire du rosé. La Syrah amène la couleur et la tenue dans le temps, puis la structure.

 

Que recherchez-vous dans l’élaboration de Clos Canos ?

Nous recherchons la finesse du rosé, tout en ayant de la matière. De ce fait, Clos Canos peut se boire à l’apéritif, mais encore mieux, sur un repas.

 

Avec quels mets recommandez-vous de le boire ?

Il est excellent sur des poissons crus ou cuits comme le rouget, la truite fumée ou le saumon, accompagnés d’herbes aromatiques, mais aussi sur des viandes blanches avec quelques petits légumes. De manière générale, il s’accommode de cuisine simple : pizza, grillades, etc. et se marie même très bien avec de la cuisine orientale !

 

Observez-vous une saisonnalité de ventes de rosé ?

Aujourd’hui, nous vendons du vin rosé toute l’année. Il m’arrive d’être en rupture de stock en janvier. Certains de mes clients restaurateurs râlent car ils ne peuvent plus le mettre à la carte, même en hiver.

 

Quid du fameux « mal de tête » que certains reprochent au rosé ?

Les gens nous disent que le nôtre ne fait pas mal à la tête. Nous veillons à limiter l’adjonction de SO2, et à toujours privilégier la finesse.

 

Avez-vous un secret de fabrication pour faire un si bon rosé ?

Les gens veulent toujours le nouveau millésime… Mais j’évite de le mettre trop tôt sur le marché, car mis trop tôt en bouteilles, il fait un peu « vin primeur ». Mes vins rosés sont meilleurs quand l’hiver est passé dessus. Même s’il s’agit de rosé, il a quand même de la maturité. Alors j’essaie de convaincre mes clients de ne pas forcément boire du rosé trop jeune. Nous avons des rosés qui tiennent largement 2 ans.

 

Du coup, quand effectuez-vous la mise en bouteille ?

Je suis parfois obligé de commencer un peu en décembre, mais j’essaie d’attendre mars ou avril de l’année suivant la récolte. Parfois, au mois d’août, je déguste des échantillons des différentes mises en bouteille pour les comparer : invariablement, on s’aperçoit que le vin mis en bouteille au mois de mai est meilleur que celui de décembre de l’année précédente, alors qu’il a passé moins de temps en bouteille. En fait, il en va de même pour le rosé que pour le rouge : il vieillit mieux dans de grands contenants. Du coup, je laisse mon rosé en cuve le plus longtemps possible.

 

En ce qui concerne le volet environnemental, comment vous situez-vous ?

Nous nous dirigeons actuellement vers le label HVE, mais notre véritable objectif, d’ici 3 ou 4 ans, est de basculer sur du bio. Je suis en train de restructurer l’exploitation et d’en diminuer la surface, car nous avons 34 hectares au total en ce moment et voudrions une exploitation à taille humaine. Et puis une petite exploitation bio sera sans doute plus facile à garder pour nos enfants…

 

La protection de la nature vous tient à cœur ?

Oui, et je serais même plus pour aller vers de la biodynamie. Je tiens déjà compte des lunes pour le travail. Je traite la vigne tant de jours avant la nouvelle lune, taille à des moments précis en fonction des lunes, etc. Pour les mises en bouteilles, ce n’est pas encore le cas car je n’ai pas ma propre chaine. Mais si je l’avais, je ne mettrais en bouteille qu’à certaines lunes !

 

Le mot de la fin ?

Nous n’avons qu’un employé permanent. Sinon, tout le travail est effectué par moi-même et ma femme, directrice d’école, qui me donne un coup de main. Nous faisons les salons ensemble, et revendiquons le côté familial d’une exploitation d’« artisans vignerons ».